« Victoria » de Sebastian Schipper : la nouvelle bombe du cinéma allemand.

Etienne Ollagnier de Jours2fêtes, distributeur français, nous assure : « On s’est battu pour faire ce film et il est juste WAHOU. » Sélectionné à la compétition officielle de films du Festival des scénaristes, on revient sur cette petite bombe…

Seulement deux projections prévues pendant le festival, et la salle pleine assurée, on s’impatiente de voir ce fameux plan séquence de 2h20 sur la nuit que va vivre Victoria, une jeune étudiante espagnole de passage à Berlin.

Le générique de début commence alors que retentissent les basses d’une musique techno-électro. Victoria danse parmi les stroboscopes à effet épileptique. Le compte à rebours est lancé : il est un peu plus de 4h du matin et Victoria rencontre Senne, Bling Bling Blanker, Boxer et Juss, une joyeuse bande de berlinois, un peu voyous, inoffensifs mais complétement soûls. Et parce qu’entre Victoria et Senne l’alchimie est là, elle se laisse entraîner dans une réaction en chaîne incontrôlable d’événements improbables.

Difficile d’en dire plus sans vous gâcher la surprise, car avec son plan-séquence-visite-de-Berlin, dont l’image est maîtrisée à la perfection, et un scénario imprévisible, le film est fait de micros-bombes dont l’explosion d’une provoque celle de la suivante.
C’est à bout de souffle qu’on sort de la salle, sans avoir réalisé tout à fait qu’on vient de rencontrer le nouvel OVNI cinématographique allemand.

Le film a reçu le prix Public et le prix de la meilleur musique pour le festival Valence Scénario 2015.