Va, lance et deviens

On ne saurait parler du festival sans évoquer la ville de Valence.
En quelques instants, on ne peut que s’y sentir bien, accueillis par ses charmantes petites rues ensoleillées débouchant sur un magnifique panorama montagnard, sa majestueuse église et ses jolies places encerclées de bars et où y trônent régulièrement des marchés regorgeant de mets divers et variés (5 euros les deux sachets de bugnes !)
Un lieu que l’on s’approprie immédiatement ; un lieu idéal pour recevoir le festival.
A noter : un nombre incommensurable de pâtisseries aux vitrines plus sexy que jamais.
Sans oublier la qualité d’accueil des deux lieux principaux du festival : le Lux et le Navire. Même les fauteuils sont confortables !
Paris peut aller se rhabiller : ici les commerçants sont avenants et souriants, quel bonheur !
Le patron du Bancel nous confie qu’il apprécie tout particulièrement ces quelques jours et affectionne l’ambiance gaie qui envahit l’espace urbain. Le festival est pour lui moteur d’animation : très bonne chose pour la ville.

Au fait, un petit creux ? Entre autres, la carte composée de 1578 burgers du restaurant Les Halles n’attend que vous. Goûtés et approuvés. Bon ap’ !