Rencontre avec Hugues Sauvagnac, marathonien du court-métrage

Premier jour de travail pour les marathoniens.

Nous rencontrons Hugues devant la table régie dans le long couloir silencieux qui donne sur un soleil bas... Hugues est souriant. Un café à la main, il reprend un peu ses esprits après les premières heures d’écriture.

« Je suis stressé mais pas dans le mauvais sens du terme », dit-il avec un petit sourire aux lèvres. Tombé par hasard sur l’annonce sur le site du festival, il a envoyé deux scénarios puis s’est vu sélectionné au Marathon. Pour lui, c’est une vraie chance, une expérience et la possibilité de faire des rencontres enrichissantes. « Je ne suis pourtant pas venu avec 100 CV sous mon bras. Je suis un peu kamikaze peut-être... ». En effet, Hugues aimerait devenir scénariste et exerce cette discipline en parallèle de son activité de régisseur sur les plateaux de cinéma.

Encore mystérieux sur le sujet de son court-métrage, il laissera toutefois échapper quelques mots : « ce que je peux vous dire, c’est que ce n’est pas une farce... ». On a hâte d’en savoir plus !