Nicolas Birkenstock, parrain réalisateur pour le marathon de composition de musique pour l’image, rencontré au premier étage de la navette à destination du festival.

« J’étais au Festival international des scénaristes il y a quinze ans, à la Ciotat… Vous vous rendez compte ? Ça ne nous rajeunit pas... » Nicolas Birkenstock ne donne pas son nom de famille si on ne le lui demande pas. Il faut discuter un peu avec lui pour apprendre, si on ne connaît pas son visage, qu’il est le réalisateur de « La pièce manquante » premier long métrage très remarqué au Festival du film de Saint-Jean de Luz en 2014.

« Je suis arrivé deuxième au marathon du court quand j’avais vingt ans. Deuxième, finalement, c’est mieux que premier ! On est moins exposé », plaisante-t-il. « Le Festival des scénaristes a été une véritable opportunité. Trois ans après le marathon j’ai réalisé mon court écrit à La Ciotat. »
Aujourd’hui, Nicolas Birkenstock revient parrainer… un musicien. « La musique, c’est très important dans un film. C’est donner du son à l’image. »

Les marathoniens-compositeurs disposent de 48h, comme les autres, pour proposer une musique originale à un court-métrage privé de musique. Ils ont commencé hier et termineront demain.
Rendez-vous vendredi pour la présentation des créations des marathoniens, épaulés par leurs parrains.