RAL Anouk

Scénariste - Comédienne

Présence au Festival
Du mercredi 4 au samedi 7 avril 2018

Anouk Féral vit à Paris depuis vingt ans, après le Maroc et l’Île de la Réunion.

Après des études de cinéma (Paris 7) et la Classe Libre du Cours Florent, elle devient comédienne (théâtre, cinéma & voix) et journaliste de cinéma (GQ, Première, Vanity Fair, Illimité).

Elle s’intéresse à la mise en scène de théâtre, à l’écriture scénaristique et contribue à la revue d’art annuelle Mémoire Universelle .

En 2017, elle écrit son premier long-métrage, Ni la paix, ni la paix ! , dans le cadre de l’Atelier Scénario de la Fémis.

Ni la paix, ni la paix ! est un drame amoureux dans le milieu des expatriés au Maroc. Une femme voit son couple se déliter dès lors qu’ils arrivent dans ce nouveau contexte :
« Maroc, 1983. Seule et ivre dans sa piscine écrasée de soleil, Franka dérive. Elle a suivi Jacques, qu’elle aime passionnément. Indépendant et aventurier, il la délaisse. Or Franka souffre d’une insécurité affective maladive. Ses repères pulvérisés par cet Orient et cette solitude soudains, elle se laisse peu à peu submerger par sa névrose abandonnique... »

Elle écrit parallèlement Gueuler , son premier court métrage qu’elle souhaite réaliser.

Voici ses projets de court métrage :

  • Fille à PD , une comédie dramatique sur les filles qui ne vivent entourées que de gays, et font peur aux hétéros.
  • Une adaptation de la nouvelle russe de Léonid Andreiev intitulée Ekatérina Ivanovna, l’histoire d’une femme qui se fait tirer dessus par son mari qui la croit infidèle. Elle n’est pas tuée mais, de ce jour, son regard sur son mari change du tout au tout, « quelque chose est mort » comme dirait l’auteur Andreiev.
  • Enfin, Gueuler, également une une comédie dramatique sur une comédienne qui anime des formations de « Prise de Parole en Public » dans les entreprises, mais qui, dans sa vie privée, est incapable d’exprimer verbalement ce qu’elle pense et ressent. Va t’elle enfin réussir à dire ce qu’elle a sur le coeur ou se laisser dépasser par les non-dits ou des « mal -dits » ? C’est un film sur la parole, la puissance active du langage, des mots qui sont autant de balles perdues planquées dans le palais de chacun.