Compétition création long-métrage : suite

C’est le duo composé de Marc Koenig et David Ghachi qui a ouvert le bal avec le projet Tue-moi papa, parrainé par Romain Compingt, scénariste entre autres de Divines d’Houda Benyamina. L’histoire est celle d’Alexandre, retrouvé sur son bateau avec le cadavre de sa fille adolescente, Gabrielle. En remontant le fil de l’histoire ayant débouché sur cette situation tragique, les auteurs nouent et dénouent avec maîtrise et sensibilité ce « faux-polar » pour prendre position sur un sujet tabou, le droit de mettre fin à sa vie. On notera la sympathique histoire personnelle de ces deux auteurs, amis d’enfance, qui se sont lancés il y a un an dans cette aventure.

Julien Hamelin, journaliste de métier et scénariste autodidacte, a poursuivi avec le pitch d’Une Place au Soleil, un projet radical plongeant deux personnages, otages d’un groupe armé islamiste en Irak, dans un huis-clos total où la part belle est faite au son et au hors-champ. Ce duel psychologique interroge notre rapport à l’altérité en renversant toutes les certitudes du public grâce à l’expertise journaliste de son auteur. Un projet déjà mature et maîtrisé, de l’aveu des deux marraines Fanny Chesnel et Gaëlle Bayssière.

C’est Bérenger Thouin, passé par l’ENS Louis Lumière et auteur-réalisateur de plusieurs courts-métrages, qui fermait le bal sous l’oeil admiratif de ses parrains-marraines Camille Fontaine et Etienne Mallet. De l’aveu de son auteur, Vichy ville thermale est une « comédie d’aujourd’hui » qui flirte avec un humour absurde et laisse la place au comique involontaire, narrant le trip de quatre jeunes parisiens désoeuvrés se rendant à Vichy où ils affronteront, avec leurs moyens, le maire sortant de la ville lancé dans la course à sa propre réélection.

On connaîtra samedi soir le nom du ou des vainqueurs de cette compétition.