Compétition Nouvelles Ecritures

Après deux jours de workshops intenses encadrés par Catherine Cuanca et Uka Kaplan, les auteurs de la catégorie nouvelles écritures ont présenté leur projet en ce premier jour de festival.
Les spectateurs et le jury composé de Julien Goetz, Barbara Cornuaud, Alain Gagnol, Patrice Nezan, Magali Rofidal, Vincent Germain, Eléonore Hergot et Nina Vanspranghe nous ont fait le plaisir de présenter des propositions narratives innovantes aux univers variés.

Louise Condemi présente Esther et Roméo, une série intime et décalée prévue pour être diffusée sur Instagram par le biais des stories. Nous suivons Esther, séduisante jeune fille, phobique de la sexualité, et Roméo, complexé par son physique particulier, à travers leurs comptes respectifs ainsi que leurs rencontres amoureuses via les stories. L’auteure propose ingénieusement de diffuser une fiction par le biais d’un moyen de communication où habituellement les utilisateurs réels se mettent eux-mêmes en scène dans leur vie quotidienne.

Avec Mind Palace, projet de jeu en réalité virtuel inspiré d’une technique de méditation monastique, Samuel Lepoil utilise le concept de la spacialisation de la mémoire. Le joueur visite le palais intérieur de Frederica, espace virtuel reflétant son être profond, en allant de salle en salle. L’objectif est de découvrir ses secrets intimes bien gardés malgré ses refoulements, incarnés par des gardiens et des obstacles. En plus, Frederica est mourante et son palais intérieur tombe en ruine ! La réalité-virtuelle permet ici une identification totale, tout en exploitant un concept sensé et inspirant.

Un poème de temps de Jonathan Razzanti, est un jeu vidéo épisodique (10x20 min) pour PC. Chaque épisode a un personnage principal différent et se situe dans une époque nouvelle (passée et future). Le lien entre ces intrigues est que les personnages se trouvent à un moment clé de leur vie. Le joueur doit alors choisir les décisions dramatiques qu’ils doivent prendre. A la fin, un poème est inscrit sur une tablette en pierre, différent à chaque fois, selon les choix qu’a pris le joueur au cours du jeu. L’auteur mêle ainsi jeu vidéo et art poétique.

C’est ensuite un duo d’auteurs, Thibault Uguen et Rémi Mercier, qui nous présente leur projet intitulé Abyssee, un jeu vidéo en réalité virtuelle, majoritairement axé sur la découverte d’un monde qui est inaccessible aux hommes. Nous sommes en 2100 : c’est l’hécatombe écologique. La biodiversité disparait. Le joueur y incarne Matt, un robot accompagnant Salomé, une scientifique. Ils sont tous deux envoyés dans les abysses pour réparer une sonde et vont découvrir que la vie reprend peu à peu… La réalité virtuelle au service d’une dramaturgie de l’espace !

Pour terminer cette intense présentation, c’est Antoine Laporte qui nous livre son application, Heartbit, proposant l’expérience d’un coaching émotionnel. A la fois homme d’affaire faisant face à une vaste polémique sur son entreprise suite à la tentative de suicide d’une utilisatrice, et coach de vie, le joueur a la possibilité d’influer sur les sentiments d’un personnage à l’aide d’une jauge, changeant alors ses réactions. Une expérience glaçante et révélatrice de notre société voyeuriste, dans la veine de Black Mirror, qui nous interroge sur nos responsabilités face aux émotions d’autrui.

Bonne chance à tous !