2e partie du programme Compétition Ecrans

La deuxième partie du programme Compétition Ecrans se déroulait, ce vendredi 6 avril 2018, de 19h à 21h au Lux, et présentait, comme la veille, 8 films souvent autoproduits, qui ne sont pour la plupart pas sortis de la petite fenêtre du web et diffusés pour la première fois sur grand écran.

Un florilège de vidéos engagées qui mettent en place un discours politique très important pour certain, mais surtout un fort engagement personnel, comme pour la série documentaire Des Pas (Klara Garczarek et Nils Caneele), et notamment son premier épisode diffusé lors de la compétition qui nous fait découvrir le tango queer. Ses auteurs veulent à la fois montrer que la danse et un moyen d’expression, d’affirmation culturelle, de tradition mais veulent aussi faire différemment. De plus, ils autofinancent totalement leurs voyages pour aller à la rencontre de ces personnes inspirantes. Un engagement au service d’une cause qui les passionne vraiment !

Mais certains de ces courts métrages avaient aussi la particularité de s’interroger sur l’outil qu’est Internet et sur ses pratiques très particulières comme dans le court métrage The best Life de Meqdad Al-Kout, mettant en scène une société accro aux influenceurs vidéos, ou encore En Live d’Arthur Laloux, web-série d’horreur qui remet en question la légitimité des Live Internet. Les vidéos de ce genre prolifèrent sur la web-sphère, démontrant, pour ces nouveaux vidéastes, une réelle volonté de recherches sur leur médium de travail.

Pour finir, une spectatrice demande à tous les intervenants d’expliquer leur choix de diffusion sur Internet. Que ce soit pour faire des expériences, diffuser plus facilement et rapidement, pour avoir une réaction directe, continue, et surtout sur la durée grâce aux commentaires, l’idée est, en revanche, toujours la même : Proposer un contenu inédit avec une existence qui se veut éternelle et en perpétuel mouvement !